Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Sommet des Amériques sur le climat  « Le Sommet de Toronto réaffirme le rôle actif et le leadership des États fédérés dans la lutte contre les changements climatiques »
– Philippe Couillard

Toronto, le 9 juillet 2015. – En clôture du Sommet des Amériques sur le climat, qui se déroule à Toronto, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, ont réitéré toute l’importance que le Québec accorde à la lutte contre les changements climatiques en adhérant, de concert avec les autres gouvernements participants, à la Déclaration sur les actions en changements climatiques. Cette déclaration vient réaffirmer le consensus solide qui se dégage entre les États fédérés, pour appuyer la tarification du carbone et présenter leur engagement envers la lutte contre les changements climatiques.

« Dans un contexte où les changements climatiques ne connaissent pas de frontières, les États fédérés détiennent les principaux leviers d’action et sont responsables de la mise en œuvre des stratégies climatiques. De plus en plus de juridictions expriment leur volonté de fixer un prix sur le carbone, notamment par l’adhésion à des mécanismes déjà existants. En route vers la Conférence de Paris en décembre prochain, le Sommet de Toronto nous permet de bénéficier d’une conjoncture extrêmement favorable à l’essor de tels projets. Nous devons poursuivre nos efforts pour arriver à un accord ambitieux qui permettra de limiter l’augmentation de la température planétaire moyenne sous la barre des 2 °C », a souligné le premier ministre.

Le Sommet des Amériques sur le climat, organisé par le gouvernement de l’Ontario, s’inscrit dans la foulée de plusieurs initiatives menées par des gouvernements infranationaux en prévision de la 21e Conférence des Parties (CdP-21) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui doit produire un accord universel sur le climat pour la période post 2020. Il fait ainsi suite au Sommet de Québec sur les changements climatiques, tenu en avril 2015.

« En plus de confirmer le leadership du Québec dans la lutte contre les changements climatiques, la signature de la déclaration du Sommet de Toronto, qui s’inscrit dans la vision de notre gouvernement, témoigne du rôle fondamental des États fédérés et des régions en la matière. Ensemble, nous pouvons lutter contre les changements climatiques, afin d'assurer une qualité de vie à nos enfants », a déclaré le ministre David Heurtel.

À propos de la Déclaration sur les actions en changements climatiques

La Déclaration sur les actions en changements climatiques réitère l’importance d’une action concertée, significative et à long terme des États fédérés dans la lutte contre les changements climatiques. En signant la Déclaration, les parties démontrent leur engagement concernant une ou plusieurs initiatives, dont l’adoption d’une cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), la signature du Pacte des États et des Régions, l’appui à la Coalition pour le leadership en matière de tarification du carbone (CPLC) de la Banque mondiale et l’adhésion au Protocole d’accord sur le leadership climatique mondial (Under 2 MOU). Le Québec possède une cible de réduction des émissions de GES de 20 % sous le niveau de 1990, d’ici 2020, et a adhéré à l’ensemble de ces instruments, au cours de la dernière année. Il se dotera également d’une cible pour la période post 2020, à la suite d’une commission parlementaire qui se tiendra à l’automne.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017