Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 Permettre à 100 000 personnes de sortir de la pauvreté d’ici 2023

Québec, le 10 décembre 2017. — Le Gouvernement du Québec dévoile le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023, qui prévoit des investissements de près de 3 G$. Ce plan permettra au Québec de rejoindre les nations industrialisées comptant le moins de personnes pauvres en 2023 et de sortir de façon permanente plus de 100 000 personnes de la pauvreté d’ici 2023.

Par ce plan, le Québec fait figure de précurseur en améliorant le revenu disponible des personnes qui ne peuvent, ni par leurs propres moyens, ni grâce aux mesures de soutien existantes, obtenir un emploi. Il s’agit d’un premier pas significatif vers l’instauration d’un revenu de base. L’introduction de cette forme de soutien financier représente une évolution importante de la façon d’envisager la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale au Québec.

Ce plan prévoit également plusieurs mesures pour accompagner les gens dans leurs démarches d’intégration à l’emploi. Il permettra aussi d’améliorer le logement social, de mobiliser les milieux partout au Québec et de favoriser la participation sociale des personnes et des familles à faible revenu ou en situation d’exclusion sociale.

Citations

« En 2014, notre gouvernement s’est engagé envers les Québécoises et les Québécois à faire du Québec une société encore plus juste et plus égalitaire. Ce qui contribue au progrès social, c’est une économie forte et prospère. C’est pourquoi nous avons redressé les finances publiques et développé l’économie dans toutes nos régions. Aujourd’hui, nous avons les marges de manœuvre nécessaires pour simultanément investir dans les priorités des Québécoises et des Québécois, alléger leur fardeau fiscal et lutter encore plus efficacement contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Nous nous sommes donné les moyens de mettre en place des mesures qui accroîtront le niveau de vie de la population et qui permettront de poursuivre notre développement social. Ensemble, construisons un nouveau Québec capable de générer plus de richesse pour mieux la partager. »

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Par ce plan, nous posons un geste concret afin de faire reculer la pauvreté. L’instauration progressive d’un revenu de base pour des personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi démontre la volonté du gouvernement d’améliorer les conditions de vie de nombreuses personnes et de permettre à celles-ci de véritablement prendre la place qui leur revient au sein de notre société. Grâce à l’ensemble des investissements qui sont liés à ce plan, le Québec atteindra progressivement les rangs des nations industrialisées comptant le moins de personnes pauvres. »

François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale

« Grâce à cette avancée, nous témoignons de notre volonté concrète d’agir sur le terrain pour mieux aider les gens les plus vulnérables de notre société, notamment les personnes handicapées et celles en situation d’itinérance. Nous sommes fiers de soutenir les organismes qui œuvrent auprès de ces personnes afin d’améliorer leurs conditions de vie et de favoriser leur épanouissement. »

Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie

Faits saillants

  • Le plan d’action compte 43 mesures et actions, nouvelles ou substantiellement bonifiées, qui seront portées par 18 ministères et organismes gouvernementaux.
  • L’introduction d’un revenu de base pour des Québécoises et des Québécois ayant des contraintes sévères à l’emploi représente des investissements de 1,25 G$. Jumelé aux autres mesures de soutien du revenu existantes, le revenu de base permettra à ces personnes vivant seules de bonifier de 41,4 % leur revenu disponible et d’atteindre individuellement le seuil de la mesure du panier de consommation (MPC). Le revenu disponible des couples sans enfants vivant une situation similaire augmentera quant à lui de 39,6 %. Ce revenu de base sera instauré graduellement au cours de la période couverte par ce plan d’action.
  • Plusieurs mesures visent à mieux soutenir les bénéficiaires des programmes d’aide financière de dernier recours et les participants du Programme objectif emploi et leur permettront de se concentrer sur leur intégration et leur maintien sur le marché du travail. Parmi celles-ci, on compte une bonification des prestations versées dans le cadre de ces programmes. Cette mesure permet d’atteindre 55 % de la MPC et représente un investissement de 580,3 M$.
  • Parmi les mesures favorisant l’intégration et le maintien à l’emploi, le gouvernement investira 38 M$ pour accorder un boni de 1 000 $ aux prestataires d’aide financière de dernier recours et aux participants du Programme objectif emploi s’étant intégrés de manière durable au marché du travail. Près de 260 M$ seront également offerts sous forme de primes au travail.
  • Le gouvernement appuiera les jeunes issus de milieux à faible revenu voulant terminer leurs études, intégrer le marché du travail et s’impliquer socialement. Cette mesure est évaluée à 68 M$.
  • Des investissements de 286 M$ viendront améliorer l’offre de logements sociaux et faire progresser les conditions de vie et la participation sociale des résidents.
  • Le Fonds québécois d’initiatives sociales, qui finance la mise en place de projets menés par des acteurs locaux et régionaux visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, sera bonifié et atteindra 160,1 M$ sur cinq ans. Il s’agit de l’investissement le plus important à ce jour. De plus, les organismes de défense collective des droits soutenus pour leur mission globale par le Fonds d’aide à l’action communautaire autonome et les organismes multisectoriels profiteront d’un financement additionnel de 50,7 M$.
  • Le gouvernement investira 65 M$ pour accroître l’accès aux services de garde à contribution réduite pour les enfants de personnes prestataires d’aide financière de dernier recours, faisant passer de 2,5 à 5 jours la période d’exemption de contribution parentale à compter de janvier 2020. Également, 40,6 M$ seront consacrés à la poursuite de l’ouverture de classes de maternelle quatre ans à temps plein en milieu défavorisé.
  • Soulignons finalement que dans l’analyse différenciée selon les sexes, que l’on retrouve dans le plan, s’il est vrai que la pauvreté touche tout le monde, il est aussi exact d’affirmer que les femmes la vivent souvent de façon plus difficile en raison de circonstances qui leur sont spécifiques, telles que la monoparentalité. Plusieurs mesures visent donc à mieux les soutenir.

Liens connexes

-30-


Mise en ligne : 10 décembre 2017


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018