Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Vidéos

13 mars 2015 Investissements de 800 000 $ à Rimouski

Transcription

Présentateur : (Non identifié) Donc, Mesdames et Messieurs, c’est avec plaisir que j’ai accepté d’agir comme maître de cérémonie, parce que c’est une très belle journée pour notre région, pour l’ensemble de la région du Bas-Saint-Laurent–Gaspésie. Je pense qu’on a des gens, avec nous, aujourd’hui, qui ont d’excellentes nouvelles, dont monsieur le premier ministre, à nous annoncer.

Philippe Couillard : (Premier ministre du Québec) On a voulu, nous, s’attarder à un secteur de l’économie qui, d’après moi, n’a pas été assez exposé, n’a pas été assez expliqué, n’a pas été assez montré au cours des dernières années et même des dernières décennies et qui recèle, pour le Québec, un potentiel économique gigantesque, et je pèse mes mots. On a cette richesse, pas loin d’ici, cette richesse bleue, qu’on doit exploiter de façon responsable pour en faire bénéficier nos concitoyens et, surtout, créer de l’emploi.

Maintenant, il faut également poursuivre le travail de recherche fondamentale et appliquée entrepris au Québec, notamment par l’Institut des sciences de la mer et par le Centre de recherche sur les biotechnologies marines, en valorisant l’excellence et l’expertise régionales. J’ai donc le plaisir de vous annoncer deux investissements qui, ensemble, totalisent plus de 800 000 $, ici même, à Rimouski. D’abord, une aide financière de 400 000 $ sera versée par le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations au Centre de recherche sur les biotechnologies marines, pour son projet de recherche sur la valorisation des coproduits marins — c’est tous des grands mots, mais on va les simplifier un peu — issus des usines de transformation de crustacés et de poissons marins. Alors, ces deux projets-là, de l’Institut des sciences de la mer — parce que l’Institut des sciences de la mer, également, reçoit une somme qui est, par hasard, identique. C’est arrivé comme ça; ça n’a pas été planifié comme ça… 400 000 $ —, eux vont travailler sur la biomasse marine pour l’alimentation larvaire.

On revient, bien sûr, de France. Ça a été une mission très fructueuse pour le Québec, à de nombreux points de vue. Jean vous parlera des quelques rencontres stratégiques particulières sur le côté maritime, qu’il a eues.

Jean D’Amour : (Ministre délégué aux Transports et à l’Implication de la stratégie maritime et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) Alors, un exemple concret de ce partenariat dont on parle, avec la France, c’est, bien sûr — M. Couillard en parlait, il y a un instant —, la création, ou la mise sur pied, de l’institut France-Québec sur le développement maritime. Alors, il y a ce groupe de travail, dont nous avons parlé, il y a un instant, ce groupe de travail, qui a été formé afin de définir le mandat et les objectifs de l’institut. En France, nous avons rencontré des organisations qui ont développé, au gré des années, une expertise remarquable dans le domaine maritime. Nos partenaires français sont enthousiastes à l’idée de nous transmettre leurs connaissances.

Jean-Pierre Ouellet : (Recteur de l’Université du Québec à Rimouski, l’UQAR) Forte de son leadership dans le domaine maritime, il était donc naturel, pour l’UQAR, de travailler en étroite collaboration avec les autres acteurs du milieu de la recherche québécoise et avec les instances gouvernementales, pour contribuer à l’élaboration et au déploiement du projet de société que sera la première stratégie maritime du Québec.

Guy Viel : (Directeur du Centre de recherche sur les biotechnologies marines, le CRBM) Cette bonne nouvelle, pour le CRBM, s’inscrit dans le cadre du soutien continu du gouvernement du Québec par différents ministères, dont le MEIE et le MAPAQ, depuis la création du CRBM, en 2003.

Philippe Couillard : Vous savez, c’est pour les gens qu’on travaille et c’est pour les gens d’ici qu’on fait cette annonce-là. Il y aura des beaux emplois; il y aura des gens qui resteront en région, des gens qui reviendront en région et des gens qui viendront s’installer en région, parce qu’on fait ce qu’on annonce, aujourd’hui, autant l’institut franco-québécois que les activités de recherche appliquée. Alors, merci et bravo à Rimouski, et vive les sciences de la mer! Merci beaucoup.
 



Accessibilité   |   Politique de confidentialité

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2015